Les avantages de l'assurance-crédit: en général

L’assurance-crédit présente généralement deux avantages principaux, qui sont généralement reconnus comme les principaux moteurs de sa popularité auprès des PME et des grands conglomérats internationaux. Le premier est lié à son rôle en tant que forme d’assurance commerciale; celle de la réduction pure des risques.

À cet égard, l’assurance-crédit protège les comptes clients de l’assuré contre les pertes dues au non-paiement de factures (comptes clients) résultant de l’un des deux principaux déclencheurs ayant entraîné une réclamation. Ces déclencheurs sont (1) une faillite ou une insolvabilité et (2) un paiement lent.

En cas de faillite, votre acheteur est incapable de payer l'obligation à l'échéance. L'acheteur est tout simplement en faillite, incapable de payer, et un tribunal des faillites a repris l'affaire pour liquider ses actifs et payer les créanciers. Les créanciers non garantis, comme la plupart des agriculteurs, vont gagner un centime sur le dollar, voire rien du tout. Dans le cas de certaines faillites de PME, il suffit aux propriétaires de fermer la porte à clef et de s’en aller sans ordonnance de liquidation. Dans ce contexte, la faillite et ses conséquences sont régies par le droit du pays du lieu où l'entreprise est en faillite.

Dans le cas d'un «paiement lent», une entreprise peut toujours rester en activité, mais peut être lente à percevoir des recettes, auquel cas le paiement dans un cycle normal de 30 jours est ralenti à 90 jours ou plus. L'entreprise peut récupérer ou éventuellement faire faillite. L'assureur vous paiera la demande d'indemnisation, puis pourra négocier avec l'acheteur pour établir un calendrier de paiement permettant à l'entreprise de rester ouverte et de payer intégralement le montant total de l'obligation de crédit.

Le deuxième des deux principaux avantages c'est l’augmentation de la capacité d’emprunt et, parfois, l’actualisation des créances. En cas d'augmentation de la capacité d'emprunt, les institutions financières prêteront, pour les bons clients, à un taux (appelé «marge») contre les «bons» (c'est-à-dire les prêts non en souffrance) compris entre 65% et 75%. Avec l'assurancecrédit en place pour atténuer le risque de perte, les prêteurs obtiendront généralement une marge de sécurité de 90% par rapport à la même créance. Du fait que l’assurance est en place sur ces comptes clients, les comptes clients sont toujours considérés comme «bons» et seront comptés dans la formule de calcul de la marge jusqu’à ce que l’acheteur paye ou qu’une réclamation soit déposée et payée.

La mise en marge des comptes clients non assurés laisse un agriculteur avec des comptes clients ouverts dans lesquels les comptes clients «font baisser» la formule de calcul de la marge. À son tour, cela peut amener une banque à appeler un prêt, en tout ou en partie. Les agriculteurs plus endettés, et qui ont leur ferme et leurs actifs sous gage à la banque, peuvent être particulièrement vulnérables à ce piège.

Les comptes à recevoir étant une composante majeure du bilan des agriculteurs, le nonpaiement des factures par les acheteurs présente toujours le risque de perte en cascade et de dépréciation des activités agricoles.

L'actualisation est le processus par lequel les institutions financières achètent des comptes débiteurs à un prix inférieur à leur valeur nominale. Avec l’assurance-crédit en place et une garantie de 90% de l’indemnisation, les remises peuvent être réalisées à moins de 5% de la valeur nominale. Pour les agriculteurs qui ne souhaitent pas attendre le paiement de leurs obligations à plus long terme (termes de 60 ou 90 jours), l’actualisation peut devenir réalisable.

SecureSellAg atténue nombre de ces problèmes et présente l’avantage supplémentaire d’accroître le fonds de roulement avec le prêteur agricole.

Qui peut utiliser SecureSellAg

Le programme SecureSellAg est disponible pour les organisations et groupes suivants:

  • Tous les agriculteurs / producteurs agricoles
  • Courtiers en matières premières (ne prend pas de titre)
  • Marchands de matières premières (prend le titre; pour compte propre)
  • Processeurs (prend le titre; pour compte propre)
  • Contractants (ne prend pas de titre)
  • Sociétés céréalières (prend le titre; pour compte propre)
  • Membres d'organisations agricoles sans but lucratif
  • Organisations agricoles à but non lucratif
  • Coopératives agricoles
  • Transformateurs alimentaires
  • Organisation des intrants agricoles (semences, aliments du bétail, engrais, carburant)

Les avantages du programme SecureSellAg pour les agriculteurs sont clairs: diminution des risques et augmentation de la capacité d’emprunt. Cependant, d'autres organisations telles que les courtiers en matière première, les négociants, les transformateurs et les sociétés céréalières peuvent également bénéficier du programme. Les entreprises qui achètent des produits peuvent tirer avantage d’être des acheteurs approuvés pour conclure rapidement des transactions et assurer la solvabilité des agriculteurs / producteurs.

Quoi qu'il en soit, le programme SecureSellAg est le choix évident pour une planification prudente.

Les organisations à but non lucratif proposant le programme SecureSellAg à leurs membres en toute confiance en l'intégrité de SecureSellAg et des organisations qui soutiennent le programme.

Vendre: aux nouveaux acheteurs

En plus de la réduction pure des risques et de la marge / actualisation bancaire, il existe de nombreux autres avantages commerciaux tangibles que SecureSellAg et l’assurance-crédit apportent au secteur de l’agriculture.

Réfléchissez-y...
Avec les modifications importantes apportées à la Commission canadienne du blé et à la Commission canadienne des grains concernant la protection des paiements des agriculteurs dans ce que l’on appelle «liberté de commercialisation», le niveau de «risque de commercialisation» est désormais considérable. Ce risque de marketing est maintenant entièrement placé sur les épaules de l'agriculteur et il incombe maintenant à l'agriculteur de se protéger du non-paiement de l'acheteur.

La CCB et la CCG utilisent ou ont déjà utilisé l’assurance-crédit pour garantir certaines obligations envers les agriculteurs. Celles-ci maintenant réduites ou supprimées, il appartient à l’agriculteur soit de vendre sans protection soit de se protéger.

SecureSellAg est cette méthode à faible coût de la protection des ventes agricoles.

Cela n’est nulle part plus important que lorsqu’un agriculteur vend à un nouvel acheteur, en particulier un acheteur qu’il ne connaît pas du point de vue de sa solvabilité.

Avec SecureSellAg et une assurance-crédit en place, l'agriculteur peut vendre à de nouveaux acheteurs avec l'assurance que, si l'acheteur ne paye pas, SecureSellAg le fera à un niveau d'indemnisation de 90%. Vendez à de nouveaux acheteurs partout dans le monde à votre meilleur prix et à des conditions flexibles répondant aux besoins de vos clients.

Ne vendez pas à l'aveuglette et sans protection - pour environ ½% de 1%, vous pouvez protéger vos ventes, votre ferme et vos moyens de subsistance.

Vendre: Dans de nouveaux marchés

Vendre à de nouveaux acheteurs sur de nouveaux marchés peut être une tâche ardue. Après tout, si vous vendez vos produits agricoles à des acheteurs aux États-Unis ou ailleurs dans le monde, vous êtes nettement désavantagé - votre acheteur se trouve dans un pays étranger régi par des lois qui ne protègent peut-être pas bien vos intérêts financiers.

Et le coût? Pouvez-vous réellement vous permettre d'assumer les coûts d'un voyage dans un pays étranger pour obtenir réparation en justice, en récupérant éventuellement la valeur totale de votre vente? Frais juridiques? Même si vous poursuivez en justice, pouvez-vous récupérer une indemnité?

SecureSellAg résout ce problème pour vous et ce, à un coût maximum d'environ 3/4 sur 1%. Vous recevrez une indemnité correspondant à 90% de la valeur de votre facture. L'assureur cherchera alors à recouvrer auprès de l'acheteur - pas vous.

Vendre: à des prix supérieurs

L’un des problèmes courants qui peut survenir est ce qui se produit lorsque l’on vous propose un prix plus élevé pour vos produits agricoles. Devriez-vous accepter l'offre? Que savez-vous de l'acheteur?

Tous ces problèmes sont facilement résolus en utilisant SecureSellAg.

Avec SecureSellAg, vous pouvez vendre à ce prix supérieur ou déterminer qu'il est trop risqué de continuer. Si l'assureur approuve l'acheteur, vous pouvez vendre en toute confiance, sachant que vous êtes couvert par une assurance-crédit.

Flexibilité: Conditions de vente standard disponibles

Avec SecureSellAg, les agriculteurs ont plus de flexibilité que jamais pour répondre aux besoins de leurs acheteurs en termes de conditions de vente disponibles, flexibles et sûres. Avec SecureSellAg, vous pouvez proposer des conditions allant jusqu'à 90 jours pour le même prix que 30 jours. Des conditions plus longues pour les grosses ventes peuvent être organisées si nécessaire.

Offrir de la flexibilité et des durées plus longues peut faire toute la différence entre faire une bonne vente à un prix supérieur ou simplement obtenir la faible offre habituelle des mêmes sociétés céréalières.

À plus long terme, de meilleurs prix sont offerts dans un environnement concurrentiel. Protégez-vous et entrez dans le jeu!

Vendre: Faire des ventes plus importantes

Très souvent, un agriculteur fera une petite vente juste pour savoir si le paiement arrive à temps. Puis une autre petite vente, éventuellement à un prix inférieur. Ce scénario est souvent répété dans l'agriculture canadienne en tant que mécanisme informel permettant de gagner la confiance de l'acheteur sur une période plus longue. Bien que cela puisse être prudent, c'est aussi inefficace.

Premièrement, le paiement de petites expéditions ne constitue pas une garantie de solvabilité future, en particulier pour une grosse expédition.

Deuxièmement, ce mécanisme ne donne absolument aucun aperçu de la situation financière de votre acheteur.

Avec SecureSellAg, l’agriculteur peut soit expédier des produits en toute confiance, soit éviter une perte potentiellement désastreuse ou catastrophique.

Vendre: Faire plus de ventes

La récolte peut être une période chargée pour un agriculteur désireux de vendre et de rembourser sa dette agricole. Dans certains cas, vous devrez peut-être payer vos obligations agricoles pour éviter le paiement de pénalités et de taux d’intérêt plus élevés. Traditionnellement, la solution consistait à «vendre de la moissonneuse-batteuse» à de grandes sociétés céréalières à un prix avantageux - uniquement pour avoir accès à la trésorerie. C'est un cercle vicieux, très connu aux agriculteurs canadiens.

Alors, quand de nombreuses offres et opportunités se présentent, comment pouvez-vous faire la différence entre les bonnes offres et les mauvaises offres, entre les offres solides et les offres faibles?

La réponse? SecureSellAg. Vendez en toute confiance au meilleur prix en sachant que votre flux de trésorerie sera disponible lorsque vous en aurez besoin.

Emprunt contre ventes à l'exportation ou les ventes sur le marché intérieur

Il n'est pas rare que les agriculteurs empruntent un fonds de roulement auprès d'un prêteur contre des comptes clients nationaux afin de s'acquitter d'autres obligations agricoles. Il s’agit d’une simple «marge» avec un taux d’avance de 65% à 75% de votre prêteur.

Avec SecureSellAg, votre taux d’avance peut représenter jusqu’à 90% d’une créance assurée, maximisant ainsi l’effet de levier dont vous avez besoin de vos créances.

Les arguments en faveur des nouveaux comptes débiteurs pour exportation diffèrent considérablement de ceux des comptes débiteurs en Suisse. Dans le cas des ventes à l'exportation, les institutions financières canadiennes ne margent généralement pas les comptes débiteurs à moins qu'elles ne soient assurées du crédit contre le non-paiement.

Si vous avez besoin de générer une marge sur vos ventes à l'exportation, SecureSellAg est la solution à faible coût qui répond à vos besoins. Et, à l'instar des créances nationales, vous pouvez emprunter jusqu'à 90% de la valeur de vos exportations.

Marge A / R avec une institution financière

Marger des comptes débiteurs auprès de votre institution financière peut être une entreprise délicate. Les formules impliquées pour «avancer» ou prêter contre des créances peuvent être problématiques pour un agriculteur.

Les avances sont effectuées sur un groupe de «bons» comptes débiteurs; c’est-à-dire les comptes débiteurs susceptibles d’être recouvrés. Les créances ayant dépassé un certain nombre de jours (par exemple, 60 jours en retard) peuvent être considérées comme de mauvaises garanties. Dans ce cas, les montants empruntés sur ces créances, alors qu’elles étaient encore considérées comme «bonnes», pourraient devoir être remboursées immédiatement. Cela peut créer une autre situation de vente en catastrophe pour que l'agriculteur remplisse cette obligation.

Avec SecureSellAg et les comptes débiteurs assurés, cette situation ne se produira jamais. Les comptes débiteurs assurés avec crédit sont toujours considérés comme «bons», à concurrence de 90% de la valeur de la créance. Les créances assurées ne sont pas exclues de la formule de calcul de la marge.

Remise A / R avec une institution financière

Dans certains cas, il est possible qu’une institution financière achète vos comptes assurés recevables avec une réduction. Les facteurs fournissent le même service, mais à un coût élevé ou à un rabais. Lorsque les banques «factorisent», cela s’appelle généralement «escompte» et c’est un peu moins coûteux à organiser.

Réduire la provision pour créances irrécouvrables

Votre comptable versera normalement une provision pour créances irrécouvrables allant de 1% à 5%, en fonction de l'historique des paiements ou des créances irrécouvrables.
Avec une couverture d'assurance-crédit complète, cette provision peut être réduite ou supprimée.